Pierre Elliott Trudeau aurait demandé à Paul Desmarais en 1976 de rendre la vie impossible au PQ

Un article de Radio-Canada publié le 24 février 2021.

De nouvelles révélations émergent d’un télégramme déclassifié aux États-Unis.

Dans un télégramme daté du 22 décembre 1976, l’ambassadeur américain Thomas Enders a informé Washington que le premier ministre Trudeau envisagerait d’adopter une approche plus agressive avec le gouvernement Lévesque.

« Le président de Power Corporation Paul Desmarais, qui est le principal allié de M. Trudeau dans le milieu des affaires et le plus important homme d’affaires du Canada français, me dit que M. Trudeau suggère de “rendre les choses aussi difficiles que possible” pour le Québec, écrit l’ambassadeur. M. Desmarais, dont les entreprises emploient 48 000 personnes au Québec, pense que M. Trudeau veut qu’il laisse intactes les structures organisationnelles de son entreprise dans la province, tout en transférant dans le reste du Canada autant d’opérations et d’investissements que possible. L’idée serait de faire passer le taux de chômage provincial de 10 % à 15 % ou même à 20 % l’année suivante. »

L’article complet ici.

Oui, bien sûr, c’est scandaleux, mais est-ce surprenant?

Et le titre est un peu trompeur. Trudeau n’aurait pas demandé de rendre la vie impossible au PQ, il aurait demandé de faire souffrir l’économie du Québec au grand complet et par le fait même, de faire souffrir les québécois, tous les québécois, indépendantistes et fédéralistes, peu importe.

Interpelé à ce sujet, le larmoyant Justin Trudeau a dit refuser de « vouloir commencer un débat historique. Seule la lutte contre la pandémie devrait nous importer. »

Par contre, quand il s’agissait, en août 2020, encore en pleine pandémie, de discuter du déboulonnement de la statue de John A. Macdonald, il n’y avait pas de problème alors à « vouloir commencer un débat historique ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.